Echapper au confinement

img_journal_balcon

« Quand je serai grande, j’écrirai un journal d’informations qui fait du bien". Cette promesse, je me la suis faite à moi-même et à mes soeurs en pleine guerre civile du Liban, comme pour nous venger un jour des horribles histoires de guerre dont notre quotidien était façonné et qui nous volaient notre insouciance d’enfants.

Aujourd’hui, le bouleversement planétaire causé par le coronavirus réveille en moi des souvenirs de guerre, avec, reconnaissons-le, une différence majeure : la violence et la haine en moins, l’ennemi qui nous attaque n’étant pas humain. Et je ressens à nouveau le besoin d’«Un journal qui fait du bien» pour échapper à cette impression d’apocalypse. Ironie du sort, c’est en écrivant ce billet que je réalise que la date de ce jour, le 13 avril, marque le début de la guerre du Liban en 1975.

Toutefois, je l’avoue, mon confinement sous le soleil de la Barbade, sur mon balcon face aux cocotiers, n’a rien d'apocalyptique.  Aussi ai-je envie de vous inviter à vous évader le temps d’une lecture pour aller à la rencontre des valeurs, du mode de vie et des traditions des Caraïbes. Pour partager avec vous mes interrogations sur notre perception du monde, nos croyances, notre identité, ou plutôt nos identités.

«Un journal qui fait du bien » sera un recueil d’histoires anodines en apparence, mais remplies d’humanité, que je vis au quotidien à la Barbade, depuis que j’ai décidé de redessiner ma vie entre cette douce île des Caraïbes et Genève, la ville où s’est enracinée ma vie d’adulte. Jour après jour ces enseignements tirés de la découverte de cultures différentes de la mienne me font remettre en question mes convictions souvent acquises sans trop y réfléchir et me poussent à me redéfinir.

Ce blog sera donc à l’image de mon projet Ocean Inspiration :

une ode à la différence,

une invitation au voyage pour mieux se connaître,

une rencontre avec «l’Autre» pour découvrir qui on est,

une incitation à vivre différemment sans pour autant larguer les amarres.

Et si le véritable confinement était celui que nous avions imposé à notre esprit bien avant que le coronavirus ne l’impose à notre corps ???

Jihane Sfeir
13 avril 2020

An escape from confinement

"When I grow up, I will publish a «Feel-Good Newspaper ». That was my promise to my sisters in the midst of Lebanon's civil war; it made me feel we would eventually triumph over the dreadful war stories that shaped our daily lives and robbed us of our childhood.

Today, the global upheaval caused by the Coronavirus and the resulting shutdown awaken memories of war in me. And here I am again with a yearning for a «Feel-Good Newspaper» to escape the current apocalyptic mood.

I’ll be the first to admit it : there is nothing apocalyptic about being locked down in sunny Barbados with coconut trees facing my balcony. So here is my invitation to forget about your confinement and join me in my exotic environment. Through my «Feel-Good Newsletter» I will share with you short stories from my everyday life in Barbados where I have been living part-time since 2017. Stories that may seem trivial at first but are full of humanity, sunshine and enthusiasm; anecdotes that question our perception of the world, our way of life, our identities

This Newsletter will be a natural complement to my Ocean Inspiration project: an attempt to praise difference and diversity, an eye-opening experience on the world, an impetus to embrace life and feel free to live differently, without throwing everything overboard or hurting anyone you love”.  In a word, as promised, a « Feel-Good Newsletter »


April 13, 2020 

© 2018 Ocean Inspiration SàRL. All Rights Reserved. Designed by P. Scheuerer